04Dec2022

Appel aux bénévoles

Contact

110, av. Gasekebuye

info@apedec.bi

+257 79 40 47 96

EDUCATION

Education

a. Education scolaire 

L’école est un nouveau milieu d’apprentissage de l’enfant après le milieu familial et la communauté. C’est vrai, les parents sont incontestablement les premiers éducateurs de leur enfant. L’école doit être structurée de manière à remplir les fonctions complémentaires des parents éducateurs. La notion de scolarité entre en jeu ( aller à l’école pour apprendre, passer un temps déterminé pour apprendre, une discipline et des contraintes pour apprendre, des personnalités bonnes ou mauvaises qui accompagnent les apprenants et orientent leurs comportemants, des évaluations pondérées…Donc, APEDEC a réalisé qu’il y a une grande nécessité de créer un lien entre les milieux d’influence et de formation de la personnalité de l’enfant (école- famille- communauté) .  Il faut comprendre que les structures familiales et scolaires   influent sur la réussite scolaire et le développement global de l’enfantAinsi, APEDEC encourage les jeunes à la formation scolaire et appui à l’amélioration des conditions d’apprentissage propices au développement personnel, intellectuel et social. Les encadreurs et les enseignants sont renforcés les capacités éducatives, chacun à ce qui le concerne en clarifiant les missions et les points de rencontre et leur contribution à la production des hommes et des femmes responsables et intellectuels avec des personnalités harmonieuses et socialement acceptées. Les appuis vont dans le sens de l’amélioration des infrastructures ( construction des classes, des terrains de jeux, distribution du matériel scolaire , etc.).

b. Education familiale et communautaire

APEDEC appuie à l’éducation des enfants/jeunes

Chacun a sa perception de l’éducation. Celle-ci varie selon la famille à laquelle on est issu et à la société à laquelle on appartient. L’éducation que reçoit un enfant a une influence sur toute sa vie. Elle peut modifier sa personnalité et son mode de raisonnement.

APEDEC met l’importance dans l’éducation familiale et communautaire

Bien que chaque famille s’efforce de bien éduquer ses enfants, il ne faut pas oublier que la société participe aussi à l’éducation de nos enfants. Ces derniers sont toujours en contact permanents avec le monde extérieur (école, association, club,…). Ces entités ont une influence sur l’éducation des jeunes. Cependant, la participation des parents à l’éducation des enfants est très importante. Cela permet aux jeunes de réfléchir avant la prise de décision et de faire la distinction entre les bonnes et mauvaises manières. Montrer aux jeunes le droit chemin est donc une responsFassabilité principale des parents. La famille et les proches sont donc les acteurs principaux dans l’éducation des enfants.

Les valeurs que les parents transmettent à leurs enfants constitueront leur bagage pour toute la vie. L’enfance est une phase très délicate pour tout individu. Une valeur transmise à ce stade marquera à jamais l’enfant. De ce fait, autant montre la bonne voie. Apprendre son enfant à devenir responsable et instruit revient alors à l’entière volonté des parents. On peut, refléter, à travers le comportement de l’enfant, la personnalité de ces derniers. Tout individu a droit à la scolarité. Cette mission est aussi une grande responsabilité des parents. La scolarisation est indispensable pour garantir l’avenir de l’enfant. Suivre des formations, décrocher des diplômes et avoir des expériences professionnelles sont les parcours indispensables en éducation.

APEDEC conçoit que l’éducation forge la personnalité des jeunes à l’âge adulte

Outre le savoir, l’autre rôle de l’éducation est de forger le caractère et la personnalité des enfants. L’éducation de ces derniers depuis leur plus jeune âge a une grande influence sur leur personnalité. Un enfant responsable recherche toujours sa part de responsabilité dans tout ce qu’il entreprend. Si les parents apprennent à ses enfants à savoir surpasser les problèmes, ils auront toujours l’habitude d’affronter les obstacles et non de les fuir. L’éducation permet de cultiver la mentalité des jeunes. Elle permet de préparer le futur de ces derniers. L’enseignement, quel que soit ses apports (positifs ou négatifs), a toujours un impact sur le savoir, le raisonnement et le mode de vie d’une personne. Ainsi, selon les résultats souhaités, il est indispensable de donner une éducation adaptée à nos enfants.

Les actions d’APEDEC dans ce sens

APEDEC encourage les jeunes qui doivent aller à l’école en appuyant ceux qui n’ont pas de moyens matériels et financiers pour éviter l’abandon scolaire. Elle a mis en place une commission chargée d’analyser les cas de vulnérabilités qui doit utiliser la méthode «  Observer-Juger- Agir ». De plus, des jeunes ayant des difficultés qui risquent de les pousser à abandonner l’école sont suivis, écoutés, encouragés, réorientés pour les maintenir à l’école.   

Pour les éducateurs, APEDEC renforce leurs capacités et compétences en éducation pour bien assurer leurs rôles. Parmi eux, il faut comprendre toutes ces personnes en contact permanent avec les jeunes en croissances : les enseignants, les encadreurs et les yaya (bonnes à tout faire). Pour tous ces groupes, il faut qu’ils apprennent à contrôler leurs comportements (cohabitation, langage, travail, relations sociales,…). Ce sont les comportements des adultes qui orientent ceux des enfants.

Nous signalons que 395 gardiens (240 filles et 155 garçons)  d’enfants ont été déjà formés sur leurs rôles en tant que substituts au quotidien des autres objets d’identification. Nous comptons rejoindre le staff scolaire pour faire de même. Sauf que c’est difficile, on atteindre même le staff dans les Universités parce que des témoignages montrent des blessures issues du passage à  l’Université avec des professeurs « durs » et les jeunes  étudiants victimes  victimiseront les autres  jeunes en formation dont ils seront responsables. C’est un cycle vicieux.

Pour l’Education familiale l’APEDEC organise une sorte d’école de parents ( cfr Programme DUKUZE).

c. Alphabetisation

APEDEC  comprend que l’alphabétisation est un instrument permettant de casser le cercle vicieux de l’ignorance, de la pauvreté, de la faim, de la maladie et de la mortalité infantile. De nombreux jeunes, majoritairement issus de familles de pauvres, ne vont pas  à l’école ou abandonnent très tôt l’école. C’est pourquoi, on remarque qu’il y a un nombre important de jeunes qui ne savent pas lire, écrire et calculer, donc qui ont un niveau de scolarisation extrêmement bas.

Donc, faut-il savoir que sans alphabétisation et, plus précisément, une alphabétisation utile pour la vie courante, le cycle de la pauvreté se perpétuera au sein de cette frange de la population, accentuant les inégalités sociales et économiques.

Ainsi, les participants sont  notamment des néo-alphabètes, des participants à des programmes d’alphabétisation et des apprenants issus des groupes d’artisans et des membres des GSD. L’apprentissage se fait les samedis et dimanches parce que l’association utilise les volontaires compétents mais ayant des occupations toute la semaine ailleurs.

Les objectifs étant (1) d’améliorer l’accès à l’éducation pour les jeunes analphabètes et néo-alphabètes de 15 à 35 ans ainsi que l’amélioration des conditions sociales et économiques des jeunes se trouvant dans les GSD.

d. Prévention de la délinquance

Comme APEDEC travaille avec des enfants et jeunes dans un contexte de conflit en général et surtout des conflits liés à la vie familiale et communautaire, elle se retrouve devant certains enfants avec des comportements qui se définissent en marge des normes sociales.

 En effet, APEDEC doit considérer tout être humain âgé de moins de 18 ans comme vivant un âge à risques, comme  un miroir sensible exposé aux difficultés de sa société.  Cette enfance/ jeunesse est en effet touchée, parfois de façon dramatique:

  • par des problèmes familiaux;
  • par des difficultés d’insertion professionnelle ou le chômage;
  • par des problèmes de dépendance (alcool, drogues légales et illégales);
  • par des troubles psychiques, voire des crises jusqu’au suicide;
  • par les risques liés aux maladies (notamment : MST et Sida);
  • par l’attrait pour des mouvements politiques ou autres;
  • par des comportements de délinquance et par des conduites de violence, dont les jeunes eux-mêmes sont fortement victimes…

Devant ces difficultés, APEDEC utilise plusieurs moyens et méthodes  d’interventions notamment l’écoute, les jeux, l’orientation, le plaidoyer, encourager l’appartenance au groupe modèle et/ou de réalisation de soi ( danseurs, chanteurs, de developpement socio-économique, de théâtre, …). A ce sujet, APEDEC dispose de plusieurs clubs sportifs, culturels, de communication et de développement communautaire partout dans la zone d’intervention. Au total, 1375 jeunes ont bénéficié des interventions de l’association dans le sens de la prévention de la délinquence chez les jeunes.

e. Parrainage des enfants vulnérables

APEDEC  a déjà assuré le parrainage de plus de 204 enfants vulnérables et sans prise en charge parentale. Puis elle continue à  faire   l’identification  d’autres enfants sans prise en charge parentale ou sans substituts parentaux. Ceux-ci  pourront être assistés selon la disponibilité des moyens. Mais il est d’usage dans l’APEDEC que les adultes avec un travail rémunérant doivent contribuer au parrainage des enfants dans le besoin en attendant l’appui extérieur.  Ce travail de parrainage est facilité par les CMES éparpillées sur les collines et quartiers. Ces derniers, après avoir connu les enfants en besoin de prise en charge, renseignent sur les cas identifiés et APEDEC cherche et négocie  les hommes et les femmes qui peuvent  accepter d’aider des enfants  en les intégrant chez eux ou qui veulent intervenir à distance. De plus, APEDEC cherche aussi des fonds auprès des membres de la communauté qui comprennent la mission d’APEDEC pour protéger les enfants vulnérables. APEDEC cherche cherche des fonds auprès des bailleurs pour appuyer cette bonne initiative.

f. Education Parentale

Couramment utilisé, le terme « éducation » revêt plusieurs sens. Dans son acception la plus générale il signifie l’art de développer les qualités potentielles, physiques, intellectuelles et morales d’une personne. HOTYAT (1973, p.108) le définit au sens général comme étant « un ensemble de moyens par lesquels l’enfant est aidé dans son épanouissement personnel et dans l’acquisition des capacités, des modes de comportement, des valeurs considérées comme essentielles par un milieu humain où il est appelé à vivre ».  Cette définition insiste sur la transmission des valeurs d’un milieu donné, donc d’une culture donnée où l’enfant est appelé au conformisme. Et l’éducation devient, pour ce faire, une voie par laquelle se déroule la tâche de réaliser l’individu, de le socialiser. 

 

Lire plus

Education parentale
 

Durant les cinq premières années de sa vie, chaque enfant passe par les mêmes stades de développement des acquisitions fondamentales telles que la marche, le langage, la propreté, la socialisation, la conscience de soi, etc... Le type de stimulations intellectuelles qu'un enfant reçoit durant ces cinq années formatrices détermine son intelligence adulte. Raison par laquelle, les parents qui ont des moyens payent les crèches pour stimuler et orienter l’intelligence de l’enfant en utiles.

Au fait, l’existence de l’homme est un processus en perpétuelle transformation. Les événements, heureux ou douloureux, les identifications, les crises, les rencontres, les amours, les expériences spirituelles, la réflexion intellectuelle façonnent son être tout au long des années. Ce qui est certain, c'est que les relations affectives nouées dans les premières années laissent une empreinte indélébile et essentielle qui influencera nos relations adultes. La psychanalyse nous a appris que notre appareil psychique traverse également des stades de développement (narcissisme primaire, stade du miroir, angoisse du 8ème mois, position dépressive, stade annal, stade phallique, œdipe et résolution du complexe d'Œdipe ...). Tout ça concoure à la formation de la personnalité de l’enfant/jeune et détermine la personnalité adulte.

C’est pourquoi APEDEC multiplie ses efforts et trouve des stratégies pour renforcer les capacités parentales afin que ces derniers soient capables de bien prendre en charge leurs enfants d’abord pendant les cinq premières années puis pendant les autres étapes non moins importantes de la vie de l’homme notamment la  période de latence ( 7-10 ans) et l’adolescence de (11à 18ans).  

Pour ce qui est de l'éducation parentale et compte tenu de ce qui précède, APEDEC a la conviction que les enfants sont le reflet de leurs parents. Si les parents accomplissent convenablement leur mission qui est de donner une bonne éducation à leurs descendants, ces derniers réussiront sans doute dans leurs vies. Car bien avant d’être confronté à la dure réalité de la vie en société, les enfants passent par une première étape qui est la vie dans la maison familiale. C’est là qu’ils commencent leur éducation et que leur seront inculquées les premières valeurs qui font et feront d’eux de futures bonnes personnes ou pas.

Pratiquement, l’éducation parentale s’effectue en accompagnant les parents dans l’exercice de leurs responsabilités parentales pour leurs rôles comme un art complexe mais possible. Les actions proposées aux parents en soutien à l’éducation de leur enfant doivent s’inscrire dans une palette d’actions diversifiées et graduées, compte tenu de son l’âge, pour répondre au mieux à leurs attentes. Elles peuvent prendre diverses formes : information, conseil, orientation, accompagnement soutenu, action individuelle, action collective.

Ainsi, APEDEC a déjà organisé plus de 250 séances et opportunités  d’éducation parentale (1420 parents dont 957 femmes et 463 hommes) pour un engagement positif  sur la mission de parent, surtout sur l’art d’être parent.   C’est un domaine intéressant et indispensable pour limiter la délinquance juvénile et produire des jeunes responsables, futurs acteurs et leaders dans le développement du pays . APEDEC  continue à structurer les parents et éducateurs dans des clubs « Dukuze ». Les parents qui évoluent dans ces clubs sont éclairés en termes de parentalité positive et de respect du genre dans l’éducation positive des enfants.  Ils sont formés aussi dans des techniques d’écoute, d’animation, de communication et de gestion des conflits. Ceci les aide à assurer la médiation quand des conflits naissent  au sein des couples dans les communautés.

APEDEC insiste sur l’art d’élever un enfant de moins de six ans

Dans l’éducation parentale, APEDEC leur fait comprendre qu’élever un enfant est non seulement le soigner et le protéger mais aussi former sa personnalité grâce à une attitude éducative convenable.  L’éducation commençant  très tôt à la naissance et progresse avec les étapes de développement de l’enfant. Pendant la petite enfance se tissent des liens forts entre la personne  aidée (l’enfant) et son entourage proche (les parents et la fratrie). L’enfant de moins de six ans  est particulièrement intéressant parce que traversant une période cruciale de développement de la personnalité. Son éducation devrait normalement prendre une orientation plus systématique et nuancée en vue d’une bonne issue.  Eduquer ne vise pas à changer la nature de l’enfant, seulement, par sa connaissance et les contacts que l’on a avec lui, la tâche vise à découvrir ses qualités, à respecter ses besoins, son rythme, son originalité afin de l’aider à se développer harmonieusement dans son milieu.

            Eduquer un enfant c’est aussi l’éveiller au monde, lui faire découvrir les possibilités personnelles et la réalité extérieure. Le rôle de parent/éducateur est non seulement de l’amener à vouloir atteindre un certain objectif, de l’encourager et de le stimuler, mais aussi de le sensibiliser sur les difficultés de l’entreprise et sur ses chances de réussir. Une bonne information constitue un enrichissement pour l’enfant car elle le rend plus assuré. En lui permettant de s’engager dans des expériences sagement dosées en rapport avec ses goûts, ses forces, ses aptitudes et son habilité, etc., on lui donne l’occasion de triompher des obstacles rencontrés et ainsi le succès consolide sa confiance en lui-même. Nous pensons que les quelques éléments que nous présentons ci-dessous  constituent des tâches susceptibles de conduire l’éducateur au succès s’il en tient compte.

Quand on veut obtenir quelque chose des enfants surtout quand on est leur parent, il faut d’abord commencer par être l’exemple. L’exemple sert de modèle et de soutien. De modèle car les connaissances des vertus de l’enfant sont d’abord des imitations. C’est par imitation que l’enfant apprend à parler et à agir. De soutien car l’enfant en a besoin : ce qu’on lui commande, surtout s’il s’agit de quelque chose de nouveau, est pour lui difficile. Il faut qu’il se domine et qu’il surmonte ses répugnances. Pour qu’il en ait le courage, il faut qu’il trouve un encouragement. L’aide la meilleure est l’exemple de ceux qui l’entourent, surtout les parents et la fratrie.

         L’exemple peut souvent remplacer le reste de ce qu’on peut faire de l’enfant, mais, dit COURTOIS (1952, p. 65), « lui-même est irremplaçable ». Il n’est rien qui peut être comparable à l’exemple pour montrer à l’enfant par l’évidence palpable que ce qu’on lui demande de faire est possible. L’œil de l’enfant est plus habile qu’on ne le pense pour saisir les contradictions de la vie avec les conseils donnés.

Cet exemple sera pour l’enfant un objet d’identification voulant reproduire sa façon de parler et d’agir. L’enfant, si c’est une fille, cherchera à imiter sa mère, aspirera à être une maman comme sa mère (sage, tranquille, équilibrée, etc.). Il en est de même pour le garçon à l’égard de son père. Il cherchera à s’imposer, à s’habiller, à réagir comme son objet d’imitation, son père. Si l’objet d’identification joue un mauvais exemple, l’enfant en subira les conséquences.

Il faut se conduire en présence de l’enfant comme s’il était grand et comprenant tout, l’enfant ne perd pas des yeux ses parents. Il les observe perpétuellement et avec une attention d’autant plus intense qu’il est plus jeune. Aucune des paroles, aucun des gestes ne lui échappe. Tout s’enregistre dans son petit cerveau. Or, les personnes que voit et entend l’enfant de façon constante, ce sont sa mère et son père, les êtres humains qui comptent le plus au monde pour lui, qu’il juge infaillibles dans leurs jugements, parfaits dans leurs conduites. C’est l’exemple qui sert souvent d’objet d’identification, c’est lui qui est le grand maître de l’éducation, autorité d’autant plus forte qu’elle ne fait pas d’éclat, influence d’autant plus puissante qu’elle s’insinue sans faire de bruit. C’est ce qu’on comprend par ailleurs à travers le proverbe qui stipule que les paroles s’envolent, les exemples entraînent », un exemple s’enregistre facilement et reste dans la mémoire. Plutôt que trop demander à l’enfant, il faut vivre ce que l’on voudrait que l’enfant soit et fasse ; ce dernier cherchera à le faire de bon gré.

Ici, APEDEC trouve la raison de se focaliser sur le milieu où grandit l’enfant  comme milieu protecteur. Nous comprenons dès lors que l’entourage de l’enfant doit contrôler ses attitudes quotidiennes en matière de nourriture et de vêtements, de travail et de repos, en face de la souffrance des autres et des événements, etc. Il s’agit d’attitudes que les enfants observent chaque jour, des attitudes qui les imprègnent et les construisent. C’est en vivant droitement, courageusement, généreusement que nous entraînerons nos enfants à la vie droite, forte et dévouée. La vie de son père et de sa mère doit être pour l’enfant, un modèle sans fêlure de ce que doit être sa vie à lui.

La vision de l’APEDEC dans ce domaine est d’offrir des services de santé et des services sociaux courants de nature préventive ou curative, de réadaptation ou de réinsertion.  APEDEC s’intéresse aux domaines qui concernent ou affectent la vie des enfants et des jeunes directement ou indirectement. Ces  domaines privilégiés sont : sécurité alimentaire ;  hygiène, eau et assainissement ; la santé sexuelle et au bien-être ainsi que les maladies chroniques.

Pour plus de détails sur la rôle des parents dans l'éducation de l'enfants de moins de 5ans, consulter : Fonction parentale 

  1. Lutte contre les violences basées sur le genre: APEDEC contribue à mettre en place au sein des communautés un modèle de mécanisme communautaire de prévention-alerte-intervention qui repose sur l’engagement bénévole et volontaire des membres des CMES. Ces derniers suscitent dans les localités concernées un changement de perception et de comportement pour les membres de la communauté ( parent d'enfants, tuteurs, éducateurs, jeunes, administration, décideurs,...)   à l’égard du phénomène des violences et surtout envers les femmes et filles qui en sont souvent victimes. A toute rencontre ou formation, la question de genre devient un élément transversal et requiert une attention, une réflexion, une décision positive dans le sens de l'égalité et de l'équité entre les hommes et les femmes. Le but étant de voir APEDEC assurer la promotion de genre dans toutes ses intervention et mène des activités de plaidoyer pour l'accomplissement du genre transformatif au Burundi, étape importante l'assainissement du milieu protecteur de l'enfant. 

Ainsi, APEDEC concrètise ses actions dans le programme « BARASHOBOYE » dont l'une des activités est le renforcement des capacités socioéconomique et professionnelles des femmes, des jeunes et des hommes en situation de risque de violences basées sur le genre. Ceci a pour intérêt de préserver les capacités maternelles des femmes d’organisatrice de la famille et  de pourvoyeuse de soins aux enfants ; mais aussi de remonter le moral et l’estime de soi des hommes, époux,  pères agressés et violentés par leurs femmes, réduisant leur pouvoir masculin de tête de la famille et de transmetteur des valeurs de pouvoir et  d’autorité que l’enfant reçoit dans l’éducation paternelle.
3.  Education par la fratrie

L'enfant/jeune grandit dans un milieu familial où il y a les parents et les autres enfants quand il n'est pas aîné. Les parents ont des rôles différents mais complémentaires dans l'éducation de l'enfant.

Mais, parlons-en, le rôle de la fratrie est incontournable dans l'éducation d'un enfant/ jeune d'âge inférieur. C'est pourquoi les parents avisés se concentre sur les âinés pour pouvoir leur déléguer un certain pouvoir d'éducation par modèle. Pour donner de bons exemples à leurs petits frères et petites soeurs, les âinés doivent être éduqués par les parents dans le sens positif de l'éducation . Les parents commencent par s'autoéduquer pour servir d'exemple à leurs enfants. c'est presque une chaine d'acteurs familiaux.

APEDEC utilise cette approche de passer par les aînés pour atteindre les petits, encore difficile à faire inculquer certaines valeurs. Dans les écoles, pour assurer une éducation sexuelle et à l'hygiène, APEDEC se confie aux adolescentes des écoles post-fondamentales et les envoie en mission vers leurs petites soeurs   de l'école fondamentale. Celles de l'école fondamentale ont la responsabilité d'éduquer celle de l'école primaire en age d'adolescence ( 5è et 6ème). APEDEC soutient ce que la tradition dit:" umwana mukuru arera mutoya wiwe" ce qui traduit ce que nous vénons de dire là haut.